PROJET DE PARC NATUREL RÉGIONAL DES GARRIGUES

Projet de parc naturel régional des garrigues

Mais que font nos élus ?

L’association des Amis du Parc Naturel Régional (PNR) des Garrigues appelle à un sursaut de responsabilité des élus.

L’association qui a organisé le 11 septembre dernier la première réunion des responsables des collectivités territoriales concernées par le projet a pu constater une belle unanimité sur l’objectif (voir encadré).

Toutefois, il subsiste -depuis maintenant une année- un point de désaccord qui concerne la gestion du projet. Une majorité des élus est favorable à ce que le Pôle d’Equilibre Territorial Rural Uzège/Pont du Gard conduise le processus. D‘autres souhaitent que le Syndicat Mixte des Gorges du Gardon qui a piloté la première phase en soit chargé.

Question de bon sens

Le bon sens veut qu‘une solution technique soit rapidement trouvée pour régler ce problème, mineur par rapport à l‘objectif qui est d‘aboutir à l’élaboration de la Charte du parc, contrat qui concrétise les projets de protection et de développement durable de ce vaste territoire pour 15 années.

Le consensus est là sur l’objectif, mais faute d’une unanimité sur des modalités, la Région et le Département n’ont toujours pas donné leur feu vert. Un consensus se forge en marchant, non en tergiversant.

Pourquoi attendre encore ?

En accumulant les préalables de principe : budget finalisé, périmètre précis, gouvernance définie en détail, … les responsables politiques repoussent le dossier sans proposer de solutions, au risque de décourager les énergies, d’impatienter la société civile et de mettre en péril le projet lui-même.

Pour certains, les élections municipales seraient aussi un obstacle pour les autres étapes, notamment celle de la convocation de l‘association de préfiguration ; comme si une échéance électorale avait un impact sur les dynamiques en cours sur le territoire, dont certaines sont très préoccupantes : déprise agricole, érosion de la biodiversité, chômage des jeunes, développement non-soutenable, impact du changement climatique. Au contraire, l‘urgence économique et écologique veulent que nous réagissions sans attendre en créant maintenant l’association de préfiguration du PNR.

L’étude de faisabilité du projet de Parc a déjà souffert d’un arrêt de 2 années en 2014 et 2015 pour raisons électorales. L’élaboration de la Charte nécessitera encore 2 à 3 années de travail et de concertation. Il nous parait donc nécessaire d‘avoir la lucidité et le courage d‘avancer pour l‘avenir du territoire, de Barjac à Nîmes, de Vézénobres à la vallée du Rhône, pour ses 80 000 habitants qui vivent de sa ruralité active, et qui sont les porteurs de ses paysages et de ses patrimoines uniques. Le projet de PNR, magnifique label national, offrira des retombées en matière de développement et de tourisme durable, d‘environnement, et d‘outils pour agir dans un contexte de nécessité de la transition écologique à moyen et long terme.

Il est temps d’agir !

Les Amis du PNR continueront à contribuer au projet, à l‘élaboration de sa charte, et à agir de concert avec les responsables dans la mesure de leurs moyens. Ils insistent sur la nécessité de concevoir le PNR comme un outil d’intérêt général, non partisan, pour le développement durable. Tous les secteurs et milieux sont concernés par ses actions : urbanisme et paysage, économie, éducation, culture, lien social, agriculture, forêt, biodiversité… Comme dans les 54 autres PNR de France, avec l’appui d’une ingénierie spécifique, ces 1.125 km² pourront être un terrain d’expérimentation et d’innovation pour la transition écologique à engager dès à présent pour notre avenir sur ce territoire.

 L‘association des Amis du PNR appelle à un élan de la part de nos élus et attend d‘eux sans délais :

– la concrétisation des délibérations de la région et du département en faveur du projet
– la convocation de l’association de préfiguration
– les instructions pour la finalisation du dossier technique.

 

PNR

 

Délibérations des Communes pour le projet de Parc Naturel Régional :

66 communes sur 101 ont dit oui, certaines depuis 2 ans déjà.

65,9% des communes concernées par le projet souhaitent s’investir et s’engager dans le travail d’élaboration de la Charte, c’est-à-dire l’écriture du projet de territoire. On parle de phase de Préfiguration du PNR. 

©fond de carte:SMGG. Données du 21/01/2019. Carte à retrouver sur le site internet lesamisdupnrdesgarrgigues.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le périmètre présenté (en cours de révision) a été arrêté en novembre 2016 par le comité de pilotage de l’Etude de faisabilité et d’opportunité réalisée de 2012 à 2017.

Il comprend 80 communes ainsi que 6 villes-portes et 16 communes associées.
Les Etablissements publics de Coopération Intercommunales (EPCI) concernés sont :
– Les Communautés de Communes de Cèze-Cévennes, du Pays d’Uzès et du Pont du Gard.
– Les communautés d’Agglomération de Nîmes, d’Alès et du Gard Rhodanien.

La révision en cours du périmètre prévoit d’intégrer la totalité de la communauté de communes du Pont du Gard (en orangé au sud du périmètre).

Carte et informations à retrouver sur https://lesamisdupnrdesgarrigues.org

A l‘invitation des Amis du Parc Naturel Régional des Garrigues, les présidents et vice-présidents des Communautés de communes concernées par le projet de PNR, Pays d‘Uzès, Pont du Gard, Cèze-Cévennes, Gard-Rhodanien, Agglomération de Nîmes, Agglo d‘Alès (excusé), les président(e)s du Pôle d‘équilibre territorial et rural (PETR) et du Syndicat Mixte des Gorges du Gardon (SMGG), en présence du Conseiller régional Fabrice Verdier, se sont réunis au siège de l’APREG le 11 septembre dernier.

Cette rencontre a permis pour la première fois de réunir les responsables des Communautés de Communes du territoire pour débattre de l‘avancement du projet de PNR. On a pu constater :

l‘accord de l‘ensemble des présents sur le principe du projet de PNR auquel tous adhèrent.

– la reconnaissance par les élus du travail de fourmi mené par l‘association des Amis du PNR pour fédérer les énergies, convaincre les hésitants et trouver des solutions pour réduire les oppositions.

l‘accord de tous pour faire avancer le projet et notamment sur les trois prochaines étapes :

  • la délibération positive de la Région Occitanie et du Département du Gard,
  • la convocation de la réunion de l‘association de préfiguration,

la finalisation du dossier d‘opportunité pour lequel il subsiste certains points à travailler (périmètre, budget, ressources humaines, points techniques) à partir de l‘étude réalisée par le SMGG.