Une avancée pour les mosaïques in situ !

Dernière minute ! La région Occitanie vient de donner (novembre 2019) des indications positives sur le projet que L’Uzège avec Prima Vera portons, le maintien d’un espace public historique sur le site dédié aux découvertes romaines d’Uzès (Ucetia).
Lors du dernier Copil Mosaïques en juin 2019  la réalisation d’un petit espace public, entre 100 et 200 m2 sur le site des fouilles a été évoqué. Le site d’origine d’Ucetia, le plus ancien vestige romain du territoire “Uzège pont du Gard”, serait alors une étape, un point d’origine très significatif du parcours de la Romanité d’Uzès à Nîmes.
En septembre nous avons présenté le projet dessiné par l’architecte Remco Bakkes au maire d’Uzès et au conseiller régional. Le projet a retenu toute leur attention et un accord semble en bonne voie. Il s’agissait d’une grande avancée, après tant de mois de lutte pour ce projet. La Région vient donc de donner un signal positif. Il faut maintenant le concrétiser avec l’aide de l’Etat (la DRAC), et le soutien de tous. Il est en particulier urgent de sanctuariser rapidement un espace dédié pour le square Ucetia et d’avancer sur ce dossier. Il faut que les administrations se réunissent et se mobilisent. Il faut que l’INRAP collabore activement. Nos associations restent mobilisées.
La proposition repose  sur  la création d’un square public et l’articulation de  trois  supports d’exposition :
1. Une partie de la voie romaine ou des murs d’Ucetia serait mise en valeur sous une dalle de verre. Ce dispositif offrirait l’expérience de l’authenticité du site archéologique d’Ucetia et une scénographie de l’épaisseur  du sol, figurant le temps passé et l’histoire d’Uzès.
2. Une présentation de la petite mosaïque (postérieure aux deux grandes mosaïques de l’évéché ) dont le motif rappelle les dessins de l’arpenteur romain Hygin et évoque un diagramme de fondation de cité. Idéalement l’original pourrait être présenté sous une dalle de verre, dans le cas d’une impossibilité technique, une copie  agrandie pourrait être réalisée par les élèves du lycée des métiers d’art sur le sol du square.
3. Une installation sous forme de panneaux et éventuellement de bornes vidéo interactives raconterait le chantier des fouilles et l’histoire des fondations de cité romaine et la relation à l’urbanisme moderne.