PRIMA VERA ET L’UZÈGE

Mosaïques d’Uzès : Prima Vera et L’Uzège favorables à  la concertation engagée par la Région

Communiqué de presse conjoint L’Uzège et Prima Vera, le 2 octobre 2017

Suite à leur mobilisation et aux réunions publiques qu’elles ont déjà  organisées sur le sujet, les associations L’Uzège et Prima Vera ont participé à  la séance de travail sur le futur des mosaïques romaines d’Uzès, qui s’est tenue le 27 septembre à  Uzès, à l’initiative de Fabrice Verdier, conseiller régional, mandaté par la présidente de Région, Carole Delga. Nos deux associations se félicitent de la confirmation que les travaux de l’internat des lycées vont bien débuter comme prévu – comme elles le souhaitent depuis le début – et de la concertation promise par la Région sur le lieu de réimplantation de ces mosaïques exceptionnelles à Uzès, qui n’est pas encore choisi.

Dans le cadre de cette concertation, qui va se dérouler parallèlement au début des travaux de l’internat, L’Uzège et Prima Vera vont promouvoir le projet de retour in situ qu’elles proposent, à savoir la création sur place d’un jardin archéologique/lieu pédagogique sur la fondation de la cité Ucetia, qui s’intègre au site et s’insère dans un parcours de la romanité, d’Uzès à  Nîmes. Durant la réunion du 27 septembre, les architectes de la Région ont présenté un projet d’aménagement in situ, qui en démontre la faisabilité technique, comme nous le pensons. L’Uzège et Prima Vera vont continuer de travailler de manière ouverte sur ce projet fédérateur alliant la Culture et l’Education.

 

Mosaïques d’Uzès/UCETIA
Communiqué de presse du 16 septembre 2017

Point d’information Journées du Patrimoine,
Samedi 16 septembre à partir de 17h,
Restaurant les Filles des Vignes

Les associations L’Uzège et Prima Vera, qui promeuvent depuis le printemps un projet de musée-jardin, alliant Culture et Éducation, pour faire revivre in situ les mosaïques romaines d’Uzès vous convient à  une réunion d’informations et d’échanges sur le sujet, pour faire le point sur leurs démarches et répondre aux questions.

Des négociations sont engagées pour le retour in situ des mosaïques d’Uzès
Communiqué de presse des associations l’Uzège et Prima Vera du 10 juillet 2017

Les associations l’Uzège et Prima Vera poursuivent leur travail sur le projet d’UCETIA, naissance d’une cité, qu’elles ont présentées le 12 juin lors d’une réunion publique en mairie d’Uzès.

Rappelons qu’il s’agit d’un projet de musée-jardin archéologique dédié à  la mise en valeur, sur leur lieu d’origine, des mosaïques romaines exceptionnelles découvertes à  Uzès.

Depuis lors, l’Uzège et Prima Vera ont entrepris plusieurs démarches auprès des décideurs afin d’éétudier avec eux les possibilités de réalisation de ce projet, sans remettre en cause le chantier d’internat des lycées, indispensable pour l’Uzège.

  • Une réunion de travail s’est déroulée le 20 juin avec le cabinet de la présidente de la Région, Carole Delga, qui s’était engagée, début avril, sur le retour de ces mosaïques à  Uzès dans un lieu dédié. Un dialogue constructif s’est instauré avec la Région, notamment avec les responsables du chantier d’internat des lycées, où les mosaïques ont été découvertes. La Région s’est engagée à faire des propositions en étudiant plusieurs possibilités, en respectant les contraintes techniques du site et le calendrier du chantier. Une prochaine réunion aura lieu en septembre.
  • Des contacts ont été pris début juillet avec le Ministère de la Culture afin d’étudier le projet de musée-jardin archéologique in situ, qui allierait la Culture et l’Education, autour des mosaïques et des lycées. Le caractère « exceptionnel » des mosaïques d’Uzès a été confirmé par plusieurs responsables du Ministère. L’Uzège et Prima Vera ont fait part de leurs propositions. D’autres échanges sont prévus durant l’été.
  • Enfin, des informations nouvelles issues de sources scientifiques (voir photos jointes) accréditent de manière encore plus précise le caractère unique des mosaïques d’Uzès.
    Comme indiqué lors de la réunion publique, elles symbolisent l’ensemble des rites de la fondation d’une cité romaine (Ucetia). Ces éléments justifient un retour sur leur lieu d’origine et devraient plaider pour leur inscription ou leur classement comme Monuments Historiques.
    L’Uzège et Prima Vera vont continuer de se mobiliser sur ce projet fédérateur dans un esprit de concertation avec toutes les parties prenantes.

La mosaïque romaine est depuis 2000 ans à Uzès et doit y rester !
Communiqué de presse préparé par l’association amie Prima Vera, ci-jointe, en mars 2017 auquel L’Uzège a adhéré

Réalisée dès 2014 à l’occasion du chantier du futur internat des lycées d’Uzès piloté par la région, la découverte d’une mosaïque romaine exceptionnelle à plus d’un titre est restée jusqu’à très récemment inconnue du public. Le transfert de cette œuvre

de 30 m2 à l’Inrap (Institut national d’archéologie) est imminent, sans destination finale actée et sans concertation alors
qu’elle revêt une importance historique, patrimoniale, éducative et, in fine, touristique pour la ville.
Prima Vera, avec le soutien de plusieurs associations uzègoises – l’Uzège, l’APRECG, et Uzège-Pont du Gard Durable (UPGD) propose de surseoir à la dépose de cette pièce majeure afin de prendre le temps d’une concertation publique et d’un débat ouvert avec toutes les parties concernées sur ce patrimoine unique : les experts, l’Etat, les collectivités locales, les associations, les responsables éducatifs et culturels, les acteurs économiques et touristiques, et tous les citoyens désireux de participer à un projet fédérateur pour le territoire.
L’objectif est la préservation de la mosaïque sur son site d’origine, essentielle d’un point de vue historique et citoyen, sans pour autant retarder la bonne marche du chantier de l’internat. Deux objectifs à nos yeux parfaitement compatibles.

1. L’intérêt historique: cette mosaïque est le point d’origine de la cité Ucetia (Uzès)
Vestige majeur du passé romain d’Uzès, elle en détermine le centre géographique et politique de l’époque. La déplacer de son environnement reviendrait à gommer ses origines et perdre une part essentielle de sa signification. Au niveau du territoire, cette mosaïque, antérieure au Pont du Gard, établit le lien entre Nîmes, le pont du Gard et Uzès, en s’inspirant des mythes fondateurs de l’Antiquité. C’est un monument .

2. L’intérêt patrimonial
: la symbolique et l’état de conservation de cette mosaïque la placent au niveau d’autres sites classés au Patrimoine de l’Unesco.
Quelques détails suffisent à illustrer son intérêt majeur: un point central fixant le coeur de la cité; 5 taureaux rappelant la légende de la fondation de Rome par Romulus; une composition en 7 cercles, rappel de la géométrie pythagoricienne; une harmonie des sphères représentant le cosmos; un graphisme exprimant le rayonnement de Rome.

3. L’intérêt éducatif
: à quelques mètres de chacun d’eux, la mosaïque établit un lien entre les deux lycées d’Uzès, symbole de celui reliant Culture et Education.
Entre le lycée général Charles Gide et le lycée des Métiers d’art Guynemer, la mosaïque apporte à ce lieu une résonance symbolique particulière, liant ainsi Art et Histoire et Philosophie et Politique, au cœur de la Cité. Elle ouvre des champs uniques d’applications pédagogiques.

4. L’intérêt économique: on pourra découvrir “Uzès la Romaine”, atout supplémentaire pour son attractivité touristique. Un argument de plus au label “Art et Histoire” de la ville, dont tous les acteurs économiques et culturels pourraient tirer parti.

5. L’intégration sur le site. Il faut lancer une étude d’un projet de préservation de la mosaïque sur son site d’origine sans remise en cause de la construction de l’internat. Une solution simple – et sûrement moins coûteuse que la dépose de la mosaïque, son transfert, son stockage et sa réinstallation – consisterait à déplacer les services médicaux et à aménager le site de la mosaïque pour une ouverture au public avec une scénographie racontant les origines romaines de la ville.

Partagez l’information et suivez-nous sur Facebook